CANTADERAS AU MOYEN-AGE

Mozarabe Bible. Musique ancienne et de tradition orale

Mozarabe Bible de San Isidoro de León, Xè siècle.

Les Cantaderas étaient des groupes de femmes qui, pendant la période médiévale, étaient engagées et rémunérées pour jouer, chanter et danser, animant ainsi divers événements de la société. C’est au 13è siècle que cette profession apparaît pour la première fois dans les documents sous le terme de Cantaderas. Plus tard, au début du 14è siècle, on trouve, dans le Libro del Buen Amor, la description de l’activité d’une de ces femmes:

… Dès le moment où la cantadera entonne la première chanson, alors ses pieds s’agitent et le pandero ne s’arrête plus …
Jamais les pieds ne s’immobilisent et dans la danse, les doigts ne cessent leurs battements.

Egalement dans le Libro del Buen Amor, l’archiprêtre de Hita reconnaît l’importance de la Cantadera dans la transmission du répertoire:

… le chant que tu ne connais pas, apprends-le en écoutant la cantadera….

Le Golden Haggadah. Musique ancienne et de tradition orale

Et Miriam .. a pris un tambourin dans sa main (Exode 15:20)
Le Golden Haggadah (?) Barcelone, c.1320 manuscrit sur ​​parchemin. The British Library, Londres

Grâce à la transmission orale, un riche répertoire est parvenu jusqu’à notre époque, chanté exclusivement par des groupes de femmes qui, comme les Cantaderas du Moyen-âge dans la péninsule ibérique, accompagnent leurs chants avec diverses percussions: panderos et panderetas (tambourins de tailles variées), castagnettes, tambours carrés, etc…

De nos jours on trouve le nom de Cantadera dans la musique de tradition orale, dans de nombreuses chansons du nord de la péninsule (Asturies et Cantabrie) chantées par des femmes qui jouent également le pandero.

Les groupes de Cantaderas souhaitaient la bienvenue aux étrangers venus à la ville, animaient les fêtes importantes de la communauté et contribuaient également à attirer les chalands sur le marché. Les groupes avaient aussi une autre fonction importante: la participation à des manifestations paraliturgiques dont la tradition trouvait sa source dans des rites païens liés à la fécondité, rites qui ont survécu dans les communautés et que l’Eglise, en se répandant dans la péninsule, a absorbés et fait siens. Ces rites ont continué de se pratiquer jusqu’à nos jours sous la forme de fêtes de Mai et de Mars, offrandes et processions en l’honneur des saints, pèlerinages.

 

 

ENGLISH  text

CANTADERAS musique médiévale et de tradition orale